Conservatoire du Grand Chalon

La brillante carrière de Germain Louvet, devenu 1er danseur de l’opéra de Paris le 4 novembre 2016, pourrait laisser croire que la danse classique est la seule discipline enseignée au Conservatoire du Grand Chalon. Or, la réalité est bien différente, et depuis longtemps.

Philippe Cheloudiakoff, directeur du département danse du Conservatoire, a souhaité intégrer la danse contemporaine dès 1987. « Il y a 29 ans quand je suis arrivé à Chalon, tout était à construire. Nous avons eu la chance d’être soutenus par la Municipalité qui nous a permis de développer la discipline. Nous avons intégré très vite la danse contemporaine, puis plus récemment le  jazz et le hip hop. Aujourd’hui, nous sommes quasiment les seuls à proposer ces quatre cursus avec un niveau d’excellence qui nous place dans les quatre premiers départements danse au niveau national. »

Couveuse de talents

La réussite du département danse est le résultat d’une savante alchimie. Professionnalisme des équipes, passerelles entre les disciplines, accompagnement et soutien du Grand Chalon  contribuent à l’épanouissement des élèves. Les jeunes reçoivent un enseignement technique exigeant, mais ils sont surtout encouragés à suivre leur propre chemin. La particularité du Conservatoire est de permettre une ouverture vers d’autres directions, d’autres univers qui contribuent à l’enrichissement des élèves. Des passerelles se créent entre les départements danse, musique, théâtre et des projets communs émergent en permanence.

Grandes écoles

Parmi les jeunes talents issus du Conservatoire, trois élèves ont réussi en 2014 le concours d’entrée d’une prestigieuse école de danse. Clara Boitet a intégré la célèbre école Rudra-Béjart de Lausanne, la jeune Lola Monnin a réussi le concours d’entrée du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, et Pierre Théoleyre est rentré au Conservatoire de Lyon.

Des talents à suivre

L’avenir s’annonce aussi très prometteur pour Laura Buisson une élève diplômée en danse classique,  qui suit un cursus jazz, tout en préparant un diplôme d’études musicales en piano. Le hip hop a aussi ses têtes d’affiche, à l’image du jeune Jackson, élève en 3e cycle de hip hop, qui travaille déjà dans une compagnie professionnelle, TSN, bien connue à Chalon. Enfin, la  danse contemporaine peut aussi mener à d’autres horizons : après avoir été formé à Chalon, Théo-Mogan Gidon a poursuivi dans la recherche chorégraphique au Centre national de la danse contemporaine d’Angers. Il réalise actuellement un beau parcours au sein du duo Umaï.


→ Danse au Conservatoire

→ Duo Umaï


 

Instances : paroles de pros

Germain Louvet, 1er danseur de l’Opéra de Paris