A quelques heures du départ du Marathon de Paris, retour sur les particularités et les chiffres du Marathon des vins de Côte chalonnaise.

« Ici, on ne tape pas un temps. On a une ambiance. C’est différent ! » expliquait Yohann Stuck, vainqueur de la 1ère édition du Marathon des vins de la Côte chalonnaise. Des marathons, il en existe beaucoup et aux quatre coins du monde. Hormis les 42,195 km de distance officielle, ces courses ont toutes leurs particularités.

Convivialité, paysages et dénivelé

En côte chalonnaise, la convivialité et les paysages ont marqué les esprits des marathoniens venus d’ici et d’ailleurs. Quant au dénivelé, c’est plutôt les corps peu habitués qu’il aura marqué. C’est aussi ce profil de course qui a fait venir Yohann Stuck et qui le fera revenir l’année prochaine. Ce lyonnais parcourt les courses du monde entier mais est surtout trailer. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le coureur compare le Marathon de la Côte chalonnaise et le Marathon de Paris : « Ici, il y a du dénivelé, de la relance… Si vous voulez préparer d’autres courses venez ici. Si vous voulez taper un temps, allez à Paris. » Tout est dit.

Le petit nouveau  du calendrier, le Marathon de la côte chalonnaise devrait encore faire parler de lui. A suivre.