Sébastien Martin, président du Grand Chalon, à participé à la pose de la première pierre au stade Léo Lagrange

Bonne nouvelle pour les 1480 licenciés des clubs de tennis du Grand Chalon. Vous pourrez bientôt prendre vos cours de tennis en intérieur au Stade Léo Lagrange à Chalon-sur-Saône. Explications.

Vendredi 9 février 2018, Sébastien Martin, Président du Grand Chalon, Dominique Melin, Vice-Présidente en charge des équipements sportifs ont posé la première pierre du nouveau pôle tennistique du Stade Léo Lagrange en présence de la ligue de tennis Bourgogne Franche-Comté, du Comité départemental de la Fédération Française de tennis, de la ville de Chalon-sur-Saône et des clubs de tennis.

8 courts de tennis rénovés d’ici l’été 2018

Cet équipement offrira 4 courts couverts. Deux courts seront loués par le tennis club chalonnais et deux courts seront mis gratuitement à disposition des 15 clubs de tennis du territoire. Ce complexe tennistique accueillera également le Comité départemental de la Fédération Française de tennis pour la formation des meilleurs jeunes joueurs de tennis de Saône-et-Loire et l’organisation de compétitions. En complément, pour répondre aux besoins des 1480 licenciés, le Grand Chalon a remis à neuf deux courts extérieurs en 2017 et rénovera d’ici l’été 2018 deux autres terrains.

Une nouvelle étape dans la rénovation du stade Léo Lagrange

Ces travaux marquent une nouvelle étape dans la rénovation du Stade Léo Lagrange portée depuis 2017 par le Grand Chalon. En octobre 2017, le Grand Chalon inaugurait la nouvelle piste d’athlétisme du stade. En 2018, des travaux devraient se poursuivre pour une homologation aux normes nationale des terrains de lancer de disques et de marteaux.  Suivront enfin le soutien aux clubs de football du territoire avec, dans un premier temps, la rénovation des vestiaires Jean-Pierre Adams. Sur 2017 – 2020, 1 550 000 €HT seront investis par le Grand Chalon et ses partenaires pour la remise à neuf du stade Léo Lagrange. L’Etat participe à hauteur de 372 000 €, la Région Bourgogne Franche-Comté pour 300 000 € et 120 000 € pour la Fédération  Française de Tennis spécifiquement sur le pôle tennistique.