A l’occasion de la 11e édition du Rendez-vous des Piccolis, nous avons rencontré Bernadette Ronge qui organise cet événement depuis plus de 10 ans au sein de la scène nationale. Quelques mois avant de quitter ses fonctions elle évoque ses 25 années passées à l’Espace des Arts.

 Quand et comment êtes-vous arrivée à l’Espace des Arts ?

C’est en 1994 que j’ai été recrutée comme conseillère artistique Jeune public de la ville de Chalon-sur-Saône puisque l’Espace des Arts était, à cette époque, un service municipal. Arrivant de Lyon, je m’étais installée quelques années auparavant à Chalon en famille. Quand j’ai postulé à l’Espace des Arts, je pense que mon parcours très polyvalent a fait la différence.

Quel était ce parcours ?

A Lyon où je suivais des études de lettres, j’avais trouvé un job à la billetterie d’un théâtre, pour payer mes études. Au fil du temps, j’ai été amenée à occuper des postes différents et ainsi de découvrir les métiers du spectacle vivant. Cette expérience m’a permis d’intégrer l’Espace des Arts au moment où la ville de Chalon souhaitait développer la programmation culturelle à destination des plus jeunes.

 Le jeune public, c’était quelque chose de nouveau à l’époque ?

Pas tout à fait, il existait déjà de grands théâtres qui œuvraient pour la jeunesse comme le théâtre des jeunes années à Lyon… La volonté du maire de l’époque, était de sanctuariser une programmation de qualité pour le jeune public, d’élargir celle-ci à ce qu’on appelle aujourd’hui l’Education Artistique et Culturelle avec des interventions des artistes dans les écoles, les quartiers, à l’Espace des Arts. Les spectacles avaient lieu au théâtre mais également dans les crèches, les classes… L’arrivée de Philippe Buquet en 2003/2004 a marqué un tournant : de plus grandes formes présentées sur le grand plateau de l’Espace des Arts avec des artistes comme Christiane Véricel, Jean Yves Ruf, Fabrice Melchiot et puis des créations notamment avec Joël Jouanneau.

Le Rendez-vous des Piccolis a incarné un tournant pour l’accueil de spectacles jeune public ?

Le Rendez-vous des Piccolis né en 2010, répondait à la demande politique d’une programmation de spectacles pour les écoles maternelles. Philippe Buquet m’a confié le projet de ce temps fort qui s’inscrivait dans la saison comme un petit festival dédié à la jeunesse en temps scolaire et pour les familles. Au fil des éditions se sont rajoutés des spectacles en décentralisation dans 4 villes du Grand Chalon, Mercurey, Gergy, Varennes-le-Grand et St-Marcel élargissant ainsi l’offre sur le territoire. Ainsi, nous sommes passés de 4 000 spectateurs lors de la 1ère édition à plus de 7 000 la saison dernière.

Comment s’élabore une programmation jeune public pour un festival tel que le Rendez-vous des Piccolis ?

Il faut bien sûr voir beaucoup de spectacles. Pour le Rendez-vous, il faut trouver des spectacles qui répondent aux critères d’âges, dénicher celui qui sera présenté en décentralisation. Celui-ci doit être de qualité et répondre à des critères techniques pour son installation dans les salles des fêtes et ses temps de montage et démontage pour la circulation dans le Grand Chalon. Pour les autres spectacles, que ce soit pour ceux du Rendez- vous des Piccolis ou de la saison, je connais les réseaux et les compagnies jeune public. C’est aussi un travail collectif avec toute l’équipe qui a aussi l’occasion de voir des spectacles, nous nous déplaçons également chaque année au Festival d’Avignon.

Le Rendez-vous est un temps fort pluridisciplinaire, ce sont 5 à 6 spectacles que nous proposons avec les incontournables théâtre, danse, musique. Nous avons d’ailleurs depuis la première édition,  noué un partenariat avec le Conservatoire du Grand Chalon pour la musique.

Vous prenez votre retraite dans quelques mois. Quels sont vos projets ?

 Je ne sais pas encore quelle forme cela prendra. Aujourd’hui quand je vous parle, ce que je veux d’abord, c’est faire mon travail jusqu’au bout de cette saison. Après, j’ai envie de réaliser des projets que je n’ai pas eu le temps de faire. J’aime partir en vélo, alors, aller plus loin que les pistes cyclables de Saône-et-Loire, ça me tente. Je pense que je serai une spectatrice de l’Espace des Arts et je souhaite continuer à faire vivre les beaux liens tissés avec les personnes relais et bénévoles des projets montés ces dernières années.

11e édition des Piccolis du 09 au 19 mars 2020

+ infos sur le site de l’Espace des Arts.