Mercredi 20 janvier 2020, les danseurs de la Compagnie Ecarts interprèteront Maous sur la scène de l’Auditorium du Conservatoire du Grand Chalon. Derrière cette création originale mêlant danse hip-hop et contemporaine se révèlent des talents artistiques locaux. Explications.

Maous. Dans cette chorégraphie en trois tableaux, les chorégraphes Laura Buisson et Philippe Cheloudiakoff se sont inspirés de la pensée d’artistes comme Jeff Koons, Pablo Picasso et Marcel Duchamps. Ils se sont questionnés sur l’infiniment petit et l’infiniment grand, le géant léger ou le petit très lourd, l’absurde, la démesure… Pour créer cette œuvre, ils ont bousculé les conventions, ont dépassé leur limites et ont entrainé derrière eux des artistes « du coin » motivés par l’originalité du projet.

A Chalon-sur-Saône, les professeurs sont aussi chorégraphe, compositeur ou plasticien

Pour créer la musique, rien de plus simple pour Philippe Chéloudiakoff. Le directeur adjoint chargé de la danse et professeur du Conservatoire du Grand Chalon n’a eu que quelques portes à pousser pour trouver un compositeur de talent. Jean-Marc Weber, directeur du pôle son et professeur de musique électroacoustique au Conservatoire du Grand Chalon accepte la mission sans hésiter. «Le challenge était intéressant. Tout est en direct. Il y a des interactions avec les danseurs. C’est un véritable spectacle vivant. » Et c’est ainsi que le professeur se lance dans l’aventure de la Compagnie Ecarts. De résidence en résidence, il endosse tour à tour le rôle d’instrumentiste, d’ingénieur du son et d’informaticien. Un véritable « compositeur-orchestre 4.0 ».

Pour les décors, Laura Buisson et Philippe Cheloudiakoff ont traversé la ville de Chalon-sur-Saône pour rencontrer Kwanghil Her à l’école d’art du Grand Chalon. L’ancien élève de l’école d’art du Grand Chalon devenu professeur est aujourd’hui un plasticien à la renommée montante. Ensemble et avec l’aide de Jean-Marc Weber, ils ont réfléchi et ont créé ce décor mobile aux 1000 capteurs. Enfin, pour sublimer la chorégraphie en lumière et conduire le plan de feu, l’équipe compte sur Sébastien PetitJean, un autre talent venu de Chalon-sur-Saône.

Un casting de danseuses et danseurs hétéroclites venus de toute la France

Pour les danseurs, il fallait aux chorégraphes des personnalités. Les chorégraphes sont allés les chercher aux quatre coins de la France grâce à un casting à l’Arc au Creusot en juillet 2019. « Nous avons choisi ces danseurs car ils s’approprient les mouvements en fonction de leur personnalité. Ils n’ont pas la même perception de la danse et quand on les voit sur le plateau, on s’interroge. » explique Philippe Cheloudiakoff qui a conduit le casting. « Camille Chevalier a une souplesse étonnante dans ses mouvements. Valentin Genin fascine. Michel Galmin a une vivacité terrible. Joss Costalat a une personnalité particulière. Quant-à Laura Buisson, également chorégraphe de cette création, elle a une énergie d’une tonicité incroyable. »

 

Une chorégraphie hors norme à l’image de la Compagnie Ecart

Pour que ces personnalités éclectiques puissent s’exprimer, il faut une chorégraphie hors norme. Pour réussir, Laura Buisson et Philippe Cheloudiakoff se sont appuyés sur leur propre personnalité et leur expérience. Aujourd’hui, le professeur de danse classique « se déformate » en écoutant l’élève et l’élève s’appuie sur l’expérience du professeur. « Nous avons respectivement 23 et 67 ans. Laura apporte la spontanéité de la jeunesse et j’apporte la maturité, la sagesse de réflexion. Ce contraste donne quelque chose d’inédit dans la chorégraphie. » Une signature de la Compagnie Ecarts à découvrir sur la scène de l’auditorium du Conservatoire du Grand Chalon le 20 janvier 2021 (sous réserve des conditions sanitaires).


Laura Buisson, danseuse-chorégraphe formée au Conservatoire du Grand Chalon

A 23 ans, la toute jeune chorégraphe Laura Buisson a plus d’une corde à son arc et promet de faire une belle carrière ! A 4 ans, elle commence le piano au Conservatoire de Dôle.

A 6 ans, la danse classique est devenue une passion. En 2017, elle intègre le Conservatoire du Grand Chalon à Chalon-sur-Saône où elle s’initie à la danse contemporaine et de la danse jazz. « Cette découverte a renforcé mon envie d’en faire mon métier. » confie-t-elle au Grand Chalon magazine en janvier 2018.

En 2017, elle intègre le Jeune Ballet Bourgogne Franche-Comté du Conservatoire du Grand Chalon et créé avec Philippe Cheloudiakoff, la Compagnie Ecarts. « J’aime beaucoup travailler avec Philippe car, si nous ne passons pas par les mêmes chemins, c’est toujours avec l’objectif d’améliorer le spectacle, et, au final, nous nous retrouvons sur l’essentiel. Comme je suis très jeune encore dans cet exercice, son avis est très important. »

En 2018, elle signe avec Philippe son premier spectacle. Dans Impromptu pour un envol, la danseuse virevolte à la manière des oiseaux entre interprétations au piano et pas de danse. En octobre 2020, Laura termine première de sa promotion et obtient haut la main son Diplôme d’Etat de professeur de danse.

En janvier 2021, c’est avec Maous, la nouvelle création de la Compagnie Ecarts, que la jeune danseuse revient sur scène. Cette fois, elle a aussi « casté » ses partenaires de danse… Une nouvelle étape vers une grande carrière pour cette personnalité hors du commun.


 

Infos et réservation sur le site du Conservatoire du Grand Chalon.