Illustration du métier d'assistante maternelle

Vous avez envie de travailler au contact des tout-petits tout en conservant une certaine liberté ? Le métier d’assistant(e) maternel(le)  est fait pour vous ! Avec de nombreuses familles à la recherche d’un mode de garde, le territoire du Grand Chalon offre des opportunités aux « nounous » qui souhaitent se lancer.

Dans le Grand Chalon, le nombre d’assistant(e)s maternel(le)s a été divisé par trois, passant de 950 à 600 environ entre 2014 et 2022. Une diminution qui pénalise de nombreuses familles n’ayant pas obtenu de place dans une structure collective ou qui recherchent un mode de garde adapté à leurs horaires.

Un(e) professionnel(le) avant tout

Comme Nelly Lepleux, assistante maternelle depuis 7 ans à Chatenoy-le-Royal, il est assez courant de choisir ce métier après une première expérience professionnelle.

 

« Après 13 ans chez Chabert Duval comme assistante administrative, j’avais envie de changer. Je connaissais bien le métier d’assistante maternelle grâce à ma maman qui exerçait cette activité. Aujourd’hui, je  ne regrette pas mon choix, ce n’est pas toujours facile mais j’apprécie la liberté d’organisation qu’il procure. En revanche, c’est un vrai projet familial et toute la famille doit être associée à ce changement. »

 

Pour devenir assistante maternelle, Nelly Lepleux a dû obtenir un agrément donné par le Conseil départemental et suivre une formation  de 120 heures qui aborde notamment les besoins fondamentaux de l’enfant, les spécificités du métier et le rôle de l’assistant maternel. Dans le Grand Chalon, c’est la PMI qui assure l’évaluation, le contrôle et le suivi de l’agrément des assistants maternels et organise les formations obligatoires.  Si la liberté et l’autonomie sont des avantages du métier d’assistant maternel, les professionnels qui s’occupent d’enfants sont particulièrement suivis et bénéficient dans le Grand Chalon d’un accompagnement par les relais petite enfance.

Le rôle essentiel des relais petite enfance

Métier de vocation qui offre des avantages, le métier d’assistant(e) maternel(le)  peut aussi parfois être source de difficultés : solitude, relations avec les parents employeurs, questionnement juridique, etc. Afin de soutenir ces professionnel(le)s et leur apporter écoute et soutien, le Grand Chalon a mis en place les relais petite enfance. Au nombre de 12 sur le territoire, ils permettent aux d’assistant(e)s maternel(le)s de se retrouver avec des collègues et de poser des questions concernant leurs droits et leurs devoirs. Ce sont aussi des lieux d’éveil pour les jeunes enfants. Nelly fréquente régulièrement le relais de Châtenoy-le-Royal où elle peut rencontrer d’autres nounous.

 

« Avec le relais, nous pouvons proposer des activités différentes aux enfants que nous gardons et participer à des sorties ou des spectacles au Conservatoire par exemple. C’est une ouverture sur le monde qui est très appréciable. »

 

Toujours pour rompre l’isolement des assistant(e)s maternel(le)s, l’Agglomération lance la création d’un incubateur de Maison d’assistant(e)s Maternel(le)s qui leur permettra de tester leur projet de MAM.

 

Incubateur de Maison d’Assistant(e) Maternel(le) : appel à candidatures

Une Maison d’Assistant(e) Maternel(le) permet à plusieurs assistant(e)s maternel(le)s de se regrouper pour garder les enfants dont ils ont la charge. Pour inciter à la création de MAM, le Grand Chalon créée un incubateur de MAM dans l’ex-crèche des Myosotis à Chalon-sur-Saône. Cet incubateur permettra à des assistant(e)s maternel(le)s souhaitant créer leur propre MAM de tester leur projet en conditions réelles et de bénéficier d’un accompagnement du Grand Chalon.

Pour plus d’informations, contacter la Direction de la Petite enfance au 03 85 93 85 27 – laetitia.sagot@legrandchalon.fr.